Cette expérience qui m’a rendu meilleur

2 personne, sur une plage, en train de sauter, devant le coucher du soleil

On a tous vécu des tas d'expériences dans notre vie. Certaines heureuses, d'autres, plus dramatiques... Des histoires fortes, et d'autres presque insignifiantes. Dans tous les cas, celles qui nous marquent le plus, sont aussi celles qui nous changent le plus. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas forcément notre plus belle expérience qui nous rendra meilleur.

Parfois, ce sont les plus heureuses, d'autres fois, ce sont les plus tristes. Le plus souvent, c'est un ensemble d'épreuves qui nous métamorphose complètement. Mais toute nouvelle expérience (ou presque) commence d'abord par une découverte.

Une expérience qui commence par une découverte

Comme toi, j'ai vécu de nombreuses choses dans ma vie: j'ai fréquenté des personnes qui ne me correspondaient pas, vécu des déceptions amoureuses, changé de travail, et bien d'autres... Mais ici, je ne vais pas te parler de relations amoureuses ou de travail, on gardera ça pour plus tard.

Cette expérience qui m'a rendu meilleur: Un homme regarde au loin avec des jumelles.

Ce que je veux te présenter, c'est une découverte qui a radicalement changé ma vie: la moto. Au début, j'étais comme beaucoup de gens. Je fuyais, voire haïssais les motards. Pour moi, c'étaient tous des gens dangereux, qui roulaient vite et ne respectaient pas les codes de conduite sur la route. J'étais égoïste et complètement aveuglé par ce que l'on avait voulu me faire croire.

Un jour, j'en ai eu assez de rester constamment bloqué dans les embouteillages, pour ne rien faire de plus qu'aller me promener, en voiture. Je voyais les motos passer à côté, comme sur une deuxième file, réservée aux 2 roues.

Puis j'ai repensé à un des nombreux films, que mon parrain m'avait conseillé: Bande de sauvages. L'histoire de 4 quinquagénaires, qui décident de faire un road trip à moto, à travers les USA, pour échapper à leur vie ennuyeuse pendant quelques temps. Très vite, l'idée a germé dans ma tête. J'étais à Tours, et m'ennuyais dans des études trop longues pour moi.

Alors j'ai commencé à chercher une auto-école pour apprendre à piloter une moto. Aussitôt trouvée, je m'y suis rendu et me suis inscrit. Et le lendemain, je suis allé m'acheter mes premiers équipements.

Cette expérience était-elle vraiment faite pour moi ?

Malheureusement, ces décisions n'ont pas toujours été faciles à prendre et à assumer. Les équipements en mains, j'avais hâte de commencer, et découvrir ce nouveau monde. Mais après les premières séances, je me demandais s'il fallait vraiment que je continue.

Je n'avais jamais piloté de 2 roues auparavant (Non, le scooter de la copine ne compte pas !). J'avais tout à apprendre. J'étais timide et introverti. Je ne serais pas surpris si on me disait que même mon moniteur se soit demandé ce que je foutais là !

Cette expérience qui m'a rendu meilleur: Un homme marche, seul, sur une voie ferrée. Le filtre noir et blanc de la photo, rend l'instant nostalgique.

Des boulettes, j'en faisais pas mal (attention, boulette ne veut pas dire chute). Aux dernières séances, j'étais encore moyen sur la piste. Jusqu'au jour de l'examen, où j'ai compris qu'ils nous entrainaient dur, pour être sûr que l'on obtienne notre permis. Résultat: un A à chaque épreuve et un permis reçu du premier coup.

Mais ce n'est pas parce que j'ai eu mon permis que mes hésitations avaient disparue. Au contraire ! Il fallait maintenant pour moi devenir un "vrai motard". Mais qu'est-ce que c'est que ça, un "vrai motard" ?

Une façon d'être avant tout

Beaucoup se posent sans doute la question, et d'autres n'en ont peut-être rien à faire. J'ai tendance à croire que ces derniers ont raison !

Des rumeurs circulent, surtout chez les jeunes. Certaines disent qu'un vrai motard roule par tous les temps, été comme hiver. D'autres disent qu'un vrai motard ne tombe qu'une fois, voire jamais. Seulement, est-ce que tout cela est bien vrai ?

Je ne sais pas toi, mais je trouve ces affirmations plutôt restrictives. Surtout lorsque l'on essaie de nous faire croire qu'elles sont universelles !

Je n'aime pas qu'on me dise à quoi ma vie doit ressembler. Que cela touche mes passions, mes relations avec les autres, mon activité professionnelle... Pourquoi devrions-nous absolument rentrer dans les mêmes cases que tout le monde ? Pour la moto comme le reste, ce qui fait un "vrai motard", ou un "vrai ce que tu veux", c'est ta personnalité avant tout !

Cette expérience qui m'a rendu meilleur: Moi, sur ma première moto.

Alors je ne suis pas en train de te dire que je suis devenu un rebelle, qui fait des excès à tout va et des entorses au code de la route (et encore moins qu'il faut le devenir). Non, ce que j'ai appris avec ce permis, c'est au contraire qu'il faut avant tout redoubler de vigilance sur la route, et de toujours (dans la mesure du possible) venir en aide à ceux qui en ont besoin.

J'ai eu plus d'un accident à moto. Tous plus douloureux. Tous plus traumatisants les uns que les autres. La plupart à basse vitesse. Tous me donnant une nouvelle chance de continuer à vivre comme avant.

Comment cette expérience m'a-t-elle rendu meilleur ?

Pour moi, c'est ça être un motard, ou être tout court d'ailleurs ! C'est savoir qui on est nous, qui je suis moi, qui tu es toi. Ce n'est pas être ce que l'on nous dit d'être. C'est choisir d'être la personne que l'on veut être avant tout.

C'est être libre (mais prudent) ! Prendre soin des autres, et de soi. Être présent, non seulement pour les autres, mais aussi et surtout pour quelqu'un que l'on oublie, en général, trop souvent: nous-même. C'est kiffer ce que tu fais quand tu le fais. Prendre conscience que tu as une chance inouïe d'être vivant, sur cette terre, et en profiter à chaque instant.

Alors oui, je suis tombé, mais je me suis relevé, pour remonter. Oui, j'avais une nouvelle chance de continuer à vivre comme avant. Mais j'ai préféré changer, pour devenir meilleur à chaque fois ! Et oui, changer fait mal, très mal, et pas seulement quand tu tombes. Mais tomber n'est pas le seul moyen de changer. Tu peux le faire avant, après, quand tu veux. Celui qui veut devenir meilleur, s'en donnera toujours les moyens !

Est-ce qu'on doit forcément le vouloir ? Pas toujours. Cette expérience, je l'ai voulue, mais j'aurais été incapable d'imaginer à quel point elle allait me transformer. Ni à quel point cela allait me rendre meilleur !

Et toi, quelle expérience t'a le plus marqué ? Et comment t'a-t-elle rendu⋅e meilleur⋅e ?

Damien, répond aux vrais commentaires

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “Cette expérience qui m’a rendu(e) meilleur(e)” organisé par le blog Recouvrement Facile. Pour découvrir d’autres histoires inspirantes, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.